Isaan-Avocats-Logo-Nouveau-blanc

Droit de la famille en Thaïlande

Droit de la famille en Thaïlande

Droit de la famille en Thaïlande

Droit de la famille en Thaïlande

# Droit de la famille en Thaïlande :

Droit de la famille en Thaïlande. Un guide pour les expatriés et les ressortissants étrangers.

Si vous êtes un étranger marié à un citoyen thaïlandais et que vous souhaitez divorcer en Thaïlande, vous pourriez avoir de nombreuses questions et inquiétudes concernant la procédure judiciaire et les conséquences pour vos enfants et vos biens.

Dans cet article, nous fournirons des informations et des conseils de base sur le droit de la famille en Thaïlande, basés sur l'expérience d'Isaan Lawyers, un cabinet d'avocats de premier plan spécialisé dans les affaires de droit de la famille pour les étrangers.

Mariage et divorce en Thaïlande. Droit de la famille en Thaïlande.

Selon le Code civil thaïlandais, le mariage est un contrat entre un homme et une femme ayant atteint l'âge légal de 20 ans ou 17 ans avec le consentement des parents. Le mariage peut être enregistré dans n'importe quel bureau de district en Thaïlande, quelle que soit la nationalité ou la religion des parties. Cependant, si l'une ou les deux parties sont étrangères, elles doivent obtenir un certificat de liberté de se marier auprès de leur ambassade ou consulat en Thaïlande avant d'enregistrer leur mariage.

Divorce en Thaïlande. Droit de la famille en Thaïlande.

Le divorce en Thaïlande peut se faire soit par consentement mutuel, également appelé divorce incontesté ou administratif, soit par
jugement du tribunal également connu sous le nom de divorce contesté ou judiciaire.

Le divorce par consentement mutuel est plus simple et plus rapide, car les parties doivent simplement déposer une demande conjointe au bureau de district où elles ont enregistré leur mariage, accompagnée de leur acte de mariage et de leurs pièces d'identité. Ils peuvent également convenir du partage des biens ainsi que de la garde et de la pension alimentaire de leurs enfants dans un accord de divorce, qui les liera.

Le divorce par décision judiciaire est plus compliqué et plus coûteux, car il nécessite qu'une des parties intente une action en justice contre l'autre partie devant le tribunal de la famille, sur la base de l'un des motifs spécifiés dans le Code civil.

Ces motifs comprennent l'adultère, la désertion, l'emprisonnement, les dommages physiques ou mentaux, la mauvaise conduite, la maladie incurable, la folie ou les différences irréconciliables. Le tribunal décidera alors de la dissolution du mariage, ainsi que de l'attribution des biens ainsi que de la garde et de la pension alimentaire des enfants, après avoir entendu les preuves et les arguments des deux parties.

## Propriété du mari et de la femme en Thaïlande. Droit de la famille en Thaïlande.

Le Code civil thaïlandais fait la distinction entre les biens personnels et les biens matrimoniaux du mari et de la femme. Les biens personnels comprennent les biens que chaque époux possédait avant le mariage ou acquis pendant le mariage par héritage, donation ou d'autres moyens qui ne dépendent pas du mariage.

Les biens matrimoniaux sont constitués de biens que les deux époux
acquis pendant le mariage grâce à leurs efforts ou dépenses communs, ou qui sont utilisés pour leur bénéfice commun. En principe, les biens personnels appartiennent à chaque époux séparément, tandis que les biens matrimoniaux appartiennent conjointement aux deux époux.

Cependant, il existe certaines exceptions et complications qui peuvent survenir en fonction des circonstances de
chaque cas.

Par exemple, si l'un des époux utilise ses biens personnels pour acquérir ou améliorer un autre bien.
pendant le mariage, ces biens peuvent devenir des biens matrimoniaux ou des biens partiellement matrimoniaux. De même, si l'un des époux gère ou bénéficie des biens personnels de l'autre pendant le mariage, il peut acquérir un droit de partage de ces biens en cas de divorce.

Il est donc conseillé aux époux disposant d'un patrimoine important ou de nationalités différentes de conclure avant le mariage un accord prénuptial, qui pourra préciser comment leurs biens seront classés et partagés en cas de divorce. Un contrat prénuptial doit être rédigé par écrit et signé par les deux parties en présence de deux témoins et doit être enregistré en même temps que l'enregistrement du mariage au bureau de district. Un contrat prénuptial ne peut contenir de clauses contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, telles que la renonciation au droit à la pension alimentaire ou la déchéance du droit à la succession.

## Garde et pension alimentaire des enfants en Thaïlande. Droit de la famille en Thaïlande.

Le Code civil thaïlandais reconnaît deux types de filiation :

légitimes et illégitimes. Un enfant légitime est un enfant né
après le mariage des parents, le mariage des parents après la naissance d'un enfant et un enfant dont le père a enregistré l'enfant.

Attention, un enfant est toujours l'enfant légitime de la mère.

Un enfant illégitime est un enfant né d'un père et d'une mère qui n'ont pas enregistré leur mariage, d'un père et d'une mère qui n'ont pas enregistré leur mariage après la naissance de l'enfant et d'un enfant dont le père n'a pas enregistré la légalisation de l'enfant.

Les droits et devoirs des parents et des enfants sont généralement les mêmes quel que soit leur statut de légitimité.

Cependant,
il existe quelques différences en termes de droits de succession et de droits au nom de famille. Les enfants légitimes héritent également de
les deux parents conformément à la loi, tandis que les enfants illégitimes n'héritent que de leur mère à moins que leur père ne les reconnaisse comme ses enfants. Les enfants légitimes portent également le nom de leur père, sauf accord contraire de leurs parents, tandis que les enfants illégitimes portent le nom de leur mère, sauf accord contraire de leur père.  


En cas de divorce par consentement mutuel, les parents peuvent convenir dans leur accord de divorce de la personne qui aura la garde et du montant de la pension alimentaire qu'ils apporteront à leurs enfants.

Le bureau de district enregistrera son accord avec
leur demande de divorce. En cas de divorce par décision judiciaire, le tribunal statuera sur ces questions en fonction de l'intérêt supérieur des enfants.

Le tribunal prendra en compte divers facteurs tels que l'âge, le sexe, la santé, l'éducation, le bien-être,
préférence et relation des enfants avec chaque parent.
Le parent qui a la garde a le droit et le devoir de s'occuper et d'élever les enfants jusqu'à ce qu'ils atteignent l'âge légal (20 ans), tandis que le parent qui n'a pas la garde a le droit de leur rendre visite et de les contacter régulièrement.

Le parent qui n'a pas la garde a également l'obligation de verser une pension alimentaire au parent qui a la garde jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge légal (20 ans), sauf accord contraire des deux parents ou ordonnance du tribunal.

##Conclusion
Le droit de la famille en Thaïlande peut être complexe et difficile pour les étrangers mariés à des citoyens thaïlandais et souhaitant divorcer en Thaïlande. Par conséquent, il est important de demander des conseils juridiques professionnels et l’assistance d’avocats expérimentés qui peuvent vous aider à comprendre vos droits et obligations en vertu de la loi thaïlandaise et à protéger vos intérêts devant les tribunaux ou hors tribunal.

Si vous avez besoin d'aide concernant des questions de droit de la famille en Thaïlande, veuillez contacter Isaan Lawyers au

[email protected]

ou
visitez notre site Web à https://isaanlawyers.com/family-law-thailand/ pour plus d'informations.

Envoyez-nous un courriel : [email protected]

Téléphonez-nous : +66 084-4715775

À Pattaya ? visitez notre société sœur https://anglosiamlegal.com

Messages récents
Catégories de messages

Formulaire

Remplissez le formulaire ci-dessous et nous le ferons
contactez-vous au plus vite !

Exemple de liste déroulante

    Planifier un rendez-vous
    OU